La sombre histoire du « pas vraiment sécuritaire » 2°C de réchauffement climatique.

Jack, de l’excellent blog le climatoblogue, riche en informations actualisées sur le réchauffement climatique, m’a offert de publier ci-dessous un article sur l’histoire de la limite des 2°c à ne pas dépasser au niveau du réchauffement climatique. Un récit du climatoblogue à ne pas manquer, qui nous montre aussi en quoi nous avons tant perdu de temps, au risque de ne plus en avoir… :

Je retrace les moments les plus importants de l’histoire méconnue du 2°C, cette limite qu’on estime maintenant beaucoup plus « dangereuse » pour l’humanité. Comme l’a dit James Hansen « 2°C est une garantie de désastre à long terme« .

__________

Rien ne permet d’affirmer que cette limite est « sécuritaire ».  Il y a de plus en plus d’événements météo extrêmes, et tout laisse présager que le réchauffement va se poursuivre et même s’accélérer. Souvenons-nous que 93% du réchauffement va sans les océans et qu’ils se réchauffent dangereusement et à grande vitesse (article antérieur). Nous étions, fin 2016 à 1,2°C de réchauffement atmosphérique global moyen, 1,4°C si on se sert de l’an 1750 comme référence (selon les travaux de Michael Mann).

     D’où vient ce 2°C?

(Article source en Anglais)

Dans les années 1970, un professeur d’économie de l’université Yale, William Nordhaus, a fait allusion au danger de dépasser la limite de 2°C car cela propulserait le climat dans une zone non familière aux humains.

Voici les prévisions qu’il a faite avec les moyens de l’époque. Surprenant comment il est presque dans le mille. Cela signifie que la science du réchauffement climatique était déjà passablement robuste à l’époque, l’effet des gaz à effet de serre étant connu depuis 1875 grâce aux travaux de John Tyndall en thermodynamique.

C’est quand même relativement facile (pas pour moi) de calculer la quantité de réchauffement si on connaît les quantités et les effets des gaz à effet de serre, on peut calculer l’absorption de chaleur au mètre carré. Ce qui est (encore) plus difficile à comprendre et à prévoir, ce sont les impacts de ce réchauffement qu’on sait déjà bien pires que prévus.

Le réchauffement « officiel » fin 2016

Poursuivons l’histoire…

En 1990. Une équipe de chercheurs du  » Stockholm Environment Institute », appuyée sur les informations scientifiques de l’époque, ont suggéré une limite de 2°C afin d’éviter les pires impacts. Ils nous ont aussi prévenus que dépasser les 2°C, les risques seraient plus grands.

Leur rapport dit aussi  que « dépasser 1°C de réchauffement pourrait déclencher des réponses rapides, imprévisibles et non linéaires (exponentielles donc) qui risqueraient de causer des dommages considérables aux écosystèmes« , ce que nous appelons maintenant les boucles auto-amplificatrices du système climatique. Le rapport dit aussi qu’il n’y a rien de sécuritaire à 2°C de réchauffement. (On nous aurait donc menti?)

Peu après la parution de cette étude, 2°C est apparu dans le discours politique. (Vous auriez choisi 1°C ou 2°C vous?)

En 1992, les « leaders du monde » ont signé le Cadre des Nation-Unies (ONU) à propos du changement climatique au Sommet de la Terre à Rio ; une convention obligeant les pays à « stabiliser la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui préviendrait la dangereuse interférence anthropogénique (la nôtre) avec le système climatique ». (Il y a eu d’autres Sommets de la Terre)

Ensuite, en 1996, Conseil européen de l’Environnement est devenus le premier corps politique à soutenir la proposition de 1992 et ont déclaré que : « la température moyenne globale ne devrait pas dépasser 2°C au-dessus de la moyenne préindustrielle ».

(1750 est considéré par les climatologues comme le début de l’ère préindustrielle. La moyenne dont se sert le GIEC et les COP est de 1850 à 1900 est le début le l’ère industrielle. Mais les politiciens, spécialistes du double langage, disent « ère préindustrielle » alors qu’ils parlent vraiment du début de l’ère industrielle qui a commencé un siècle plus tard).

Un an plus tard (en 1997), 193 pays ont signé la première entente contraignante selon le Protocole de Kyoto. Le traité impose des limites aux émissions des pays en tenant compte de leur contribution historique au réchauffement climatique et la capacité de mettre en oeuvre des politiques dans le but de réduire pour 2012 les émissions globales de 5% par rapport aux niveaux de 1990. (Depuis 1992, nos émissions ont augmenté de 60%). 2°C n’a pas été mentionné lors de ces rencontres, ce sont les médias qui ont publié ce chiffre.

Nous suivons actuellement la trajectoire du scénario RCP 8,5 (orangé) c’est le pire des scénarios. Cette trajectoire nous garantit 3,2°C à 5.4°C et possiblement plus pour 2100 ; c’est l’équivalent d’un suicide collectif : y’a pas d’autres mots.

 

Quand le traité a formellement pris effet en 2005, il était signé par près de 160 pays. Par contre, l’absence du plus important émetteur de l’époque, les États-Unis ont refusé de signer mais se disaient ouverts à une entente globale sans toutefois vouloir aller aussi loin que le protocole de Kyoto.

La limite de deux degrés était un point de contestation particulier pour les diplomates américains, montrant combien il était symboliquement important. Lors du sommet du G8 en 2008, ils auraient cité des références aux deux degrés C à partir d’un projet de conclusion du sommet proposé par la chancelière Merkel.

Un éditorial conjoint (article en Anglais) publié dans 56 journaux à la veille de la COP 15 à Copenhague en 2009 disait ceci :

« La science est complexe, mais les faits sont clairs. Le monde doit prendre des mesures pour limiter la température à 2°C, une cible qui exigera les émissions globales de plafonner d’ici 5 à 10 ans. Une hausse plus élevée, tel 3°C à 4°C – l’augmentation la plus faible à laquelle on doit s’attendre en cas d’inaction – assécherait les continents et transformerait les terres agricoles en désert.La moitié de toutes les espèces s’éteindrait, des millions d’humains seraient déplacés et des nations seraient englouties par la montée des océans. »

Malgré toutes les attentes et les pressions, la COP a échoué (à cause des climatonégationnistes) encore une fois à convaincre tous les pays à signer cet accord (article en Anglais). Ce sont bien sûr les États-Unis qui ont encore refusé (à cause du lobby du pétrole).

Finalement, c’est l’année suivante lors de la Conférence de Cancún de 2010 sur le climat que la limite de 2°C sera enchâssée dans les politiques climatiques internationales contraignant les gouvernements du monde à maintenir le réchauffement global moyen sous les 2°C.

Puis vint Paris et 1,5°C… Tous les climatologues sérieux savent que ce sera impossible de rester sous les 1,5°C et ils l’ont dit au lendemain de la COP 21.

« Les promesses faites lors de cette COP 21 nous garantissent de 3°C à 4°C de réchauffement avant la fin de ce siècle.

Ce graphique est basé sur le scénario RCP8,5, le pire des scénarios et c’est la trajectoire sur laquelle nous sommes :

Et nous savons que ce scénario RCP8.5 ne tient pas compte de plusieurs boucles auto-amplificatrices du système climatique ; ils en ignoraient l’existence d’une trentaine qui ont été découvertes depuis.

2°C ne sera qu’étape de plus et le réchauffement climatique va se poursuivre jusqu’à…

Jack du climatoblogue : http://leclimatoblogue.blogspot.fr/

Un commentaire

  1. Une des grandes questions est : à partir de quelle température globale le système agricole et donc l’élevage ne vont plus pouvoir garantir la sécurité alimentaire d’une population encore en croissance si
    – on n’étend plus les surface arables et autres patûres
    – on étend jusqu’au dernier hectare viable de quoi assurer la subsistance alimentaire de l’espèce humaine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s