L’Antarctique fond, menace notre avenir et nous regardons si la croissance se porte bien…

Partagez absolument autour de vous ce qui se déroule de grave pour notre futur en ce moment en Antarctique !

antarctic-warming
Anomalies de température (par rapport à la période 1979-2000) prévues en Antarctique le 26/01/17. Source : http://cci-reanalyzer.org/wx/fcst/#GFS-025deg.ANT-LEA.T2_anom

La sensibilité de l’Antarctique au réchauffement climatique a été fortement sous-estimé par les climatologues et glaciologues jusqu’il y a peu. Le GIEC dans son dernier rapport, paru en 2012, a écarté de ses modélisations et projections des études qui tendaient pourtant à montrer la sensibilité importante de la gigantesque calotte polaire de l’Antarctique (notamment l’Antarctique Ouest) au réchauffement climatique en cours. Le GIEC a ainsi agi par excès de prudence, de consensus et de volonté d’écarter le plus possible les incertitudes de leurs projections pour ne pas s’exposer aux critiques d’alarmisme des climatosceptiques ! Or, les dernières recherches climatologiques, glaciologiques et paléoclimatiques menées en Antarctique, de même que les observations de ces dernières années, montrent que le GIEC a fait une grave erreur !

La calotte polaire Antarctique, capable à elle seule de faire monter le niveau des océans d’environ 60 mètres, épaisse de plusieurs kilomètres de glace à certains endroits, était jusque dans les années 90, majoritairement protégé du réchauffement climatique global par un courant océanique puissant : le courant circumpolaire Antarctique qui fait le tour du continent Antarctique et le protège de l’arrivée de courants chauds (la fonte saisonnière et naturelle de la banquise et des glaciers est à l’inverse à l’origine des principaux courants profonds océaniques sur Terre, permettant d’enfouir une partie du CO2 et de la chaleur excédentaire durant de longs siècles). De même, au niveau Atmosphérique, la présence d’un fort courant Jet Polaire (l’équivalent de notre Jet Stream) isole plus ou moins l’Antarctique du réchauffement planétaire de l’atmosphère.

Tout du moins ces deux courants, atmosphérique et océanique, protègent l’Antarctique des variations importantes du climat sur le reste du globe, mais ce sur le court terme. Les climatologues pensaient jusqu’ici que l’Antarctique serait essentiellement touché d’ici quelques décennies, que la déstabilisation et la fonte de l’inlandsis serait lente et qu’il n’y avait pas donc pas d’inquiétude majeure à avoir pour le 21ème siècle (les scientifiques ont cependant alerté sur les conséquences à plus long terme, mais pour nous êtres humains qui sommes malheureusement génétiquement programmés pour être alertés sur des faits catastrophiques à très court terme et réagir en conséquence, 2100 c’est déjà loin, alors 2200 ou 2300…).

Depuis le dernier rapport du GIEC, les multiples recherches des scientifiques hivernant, ou en mission durant l’été Austral, sur les différentes bases scientifiques du continent Antarctique ont permis de collecter des données cruciales mais alarmantes… Ils ont observé des lacs de fonte de surface qui n’avaient auparavant été observé qu’au Groenland. Ils ont aussi découvert, grâce à des drones sous-marins, que des courants chauds de profondeur faisaient fondre les glaciers jusqu’à plusieurs kilomètres au delà de leur avancée dans l’océan, accélérant ainsi leur vêlage. Il a aussi été observé des anomalies de températures de plus en plus importantes, des vents chauds puissants (par effet de Foehn), des lacs sub-glaciaires immenses alimentés par de l’eau de fonte et déstabilisant les glaciers, des crevasses de plus en plus prononcées au niveau des plateformes glaciaires (avancées des glaciers reposant sur l’océan et retenant son vêlage) occasionnant des débâcles massives de ces dernières (Larsen A et B se sont déjà désintégrées, nous sommes en ce moment en train d’assister au commencement de la fin de la barrière de glace Larsen C…), …

Processus autour d’une barrière de glace. © Wikimedia/Hannes Grobe, Alfred Wegener Institute Source : http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/science-actualites/detail/news/letat-de-sante-de-lantarctique-cartographie/?tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=09c0583c8b1608934fabcb6a67e1b8bc

Pour plus d’infos sur ces phénomènes récents : (voir aussi les liens plus bas) https://docuclimat.wordpress.com/2017/01/11/rechauffement-climatique-fonte-de-la-banquise-et-des-calottes-polaires-actualites-brulantes-de-larctique-et-de-lantarctique/

La liste n’est pas exhaustive de ces dernières observations préoccupantes pour une déstabilisation majeure de l’immense calotte polaire Antarctique, et ainsi d’une élévation majeure et à court terme du niveau des océans…

Changements de masse de l'Antarctique entre 2003 et 2013 d'après la mission GRACE (source : NASA)
Changements de masse de l’Antarctique entre 2003 et 2013 d’après la mission GRACE (source : NASA) Source : https://global-climat.com/2015/05/01/fonte-acceleree-en-antarctique-selon-les-donnees-grace/

Le GIEC était pourtant au courant que l’Antarctique Ouest était déjà particulièrement sensible au réchauffement climatique (les anomalies de températures relevés y étaient déjà importantes et des phénomènes majeurs de fonte et de fracturation des plateformes glaciaires y était déjà observé), mais la prudence a pris le pas sur la nécessaire modélisation du risque le plus élevé ! Le principe de précaution est pourtant maintenant bien admis sur nombre de sujets (pesticides, produits chimiques, OGM, etc…), mais sur un sujet aussi crucial et important pour notre avenir que notre climat et sa stabilité, il suffit de publier une étude pessimiste pour être traité d’alarmiste et discrédité (tandis que les résultats des études en terme de climat sont pourtant validés par des pairs, vérifiés et revérifiés puis validés par de nombreux autres scientifiques !) !

Antarctique (source : Landsat Image Mosaic of Antarctica team - NASA)
Antarctique (source : Landsat Image Mosaic of Antarctica team – NASA) Source : https://global-climat.com/2016/10/07/comment-a-evolue-le-climat-de-lantarctique-ces-200-dernieres-annees/

Ces dernières années, la partie orientale de l’Antarctique préoccupe aussi grandement les scientifiques, or la calotte polaire Antarctique Est peut contribuer à environ 90% à l’élévation potentielle du niveau des océans dû à la fonte de l’inlandsis Antarctique !

Mais je vous réserve le pire pour la fin… Les paléoclimatologues qui ont étudié l’Antarctique commencent à mieux comprendre les variations passées de la calotte polaire Antarctique et sa sensibilité à des variations de températures notables sur Terre mais étalées dans le temps (dû principalement ces dernières centaines de milliers d’années à la position astronomique de notre planète par rapport au soleil, à la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et aux boucles de rétroaction positives, effet albédo et méthane notamment).

Ces dernières années, les recherches du passé de l’Antarctique (grâce à des carottages remontant jusqu’à -800 000 ans, des analyses de sédiments, de roches et autres indices du passé) ont ainsi montré que la calotte polaire a déjà connu de monstrueuses et rapides débâcles sous l’action de « légères » remontées des températures mondiales ! Ces recherches qui commencent à être incluses dans les modélisations du climat et dans les projections pour le futur n’incitent pas à l’optimisme et montrent que l’Antarctique pourrait nous réserver des surprises dont le monde « moderne » aurait du mal à se relever !

Crédit : Robert A. Rohde.
Crédit : Robert A. Rohde. Source : https://global-climat.com/2017/01/08/le-rechauffement-moderne-reproduirait-les-bouleversements-passes-de-lantarctique/

En effet, la majeure partie des infrastructures d’échanges de biens et de services, d’activités économiques, de pêche et de tourisme sont situées au niveau de la mer ou à seulement quelques mètres tout au plus. Et que dire des centaines de millions d’habitants habitant au bord de la mer ! Or les dernières projections incluant les études récentes, indiquent que nous pourrions connaitre une élévation du niveau de la mer de plus de 6 mètres ! Mais cette élévation ne se fera pas sur une pente douce, elle pourra s’accélérer subitement d’ici dix, vingt ou cinquante ans, tout cela dépendra de la sensibilité des calottes polaires du Groenland et de l’Antarctique… et rien de ce que nous savons ne peut inciter à l’optimisme !

Comme le réchauffement climatique, la fonte des glaciers et inlandsis du Groenland et de l’Antarctique n’est pas linéaire ! Passé un certain seuil, notamment dû au phénomène d’amplification polaire (si le réchauffement global sera de 2°C en moyenne planétaire, il pourra atteindre les +8 à 10°C en Arctique !), un emballement se produit, et cet emballement pourrait déjà être en train de se produire sans que nous le sachions réellement (en climatologie, il faut au minimum prendre une période de 10 ans pour en tirer une tendance) ! Sans compter de nombreux facteurs de forçage qui pourraient amplifier cet emballement climatique et qui ne sont pas ou peu pris en compte dans les modélisations du GIEC (hausse notable de la concentration de vapeur d’eau dans l’atmosphère au niveau des pôles, libération massive du méthane contenue dans le permafrost et les hydrates de méthane, fonte plus rapide que prévue de la banquise diminuant fortement l’effet albédo aux pôles et accélérant le forçage radiatif planétaire, etc…) !

Oui la catastrophe va arriver, oui certains font tout pour la nier ou pour s’y préparer de manière individualiste, mais nous devons tout faire pour en limiter l’ampleur, car nous pouvons nous adapter à un certain réchauffement climatique limité (si nous cessons de croire en la croissance économique et que nous diminuons drastiquement nos besoins en énergie dès maintenant).

Des réchauffements climatiques importants, la Terre en a connue, mais étalé sur des centaines à milliers d’années, or le réchauffement climatique actuel est inédit de par sa vitesse (nous relarguons autant de C02 depuis 100 ans que la nature a mis des centaines de millions d’années à stocker) !

Teneur de l'atmosphère en CO2 ces 800 000 dernières années et projection pour 2100 (source : NOAA)
Teneur de l’atmosphère en CO2 ces 800 000 dernières années et projection pour 2100 (source : NOAA) Source : https://global-climat.com/2014/10/18/des-changements-climatiques-passes-lies-au-co2/

Nous ne pourrons pas donc pas nous adapter à un réchauffement climatique qui s’emballe et dont l’ampleur nous empêcherait d’assurer de manière régulière nos besoins fondamentaux en eau et en nourriture, sans parler des écosystèmes qui seront durement impactés (ils ne pourront pas s’adapter à un changement climatique aussi important et aussi rapide en même temps) et qui nous offrent bien d’autres « services » indispensables (d’ailleurs qu’offrons-nous en retour à la nature…?).

Le continent Antarctique, comme le Groenland, sont les témoins de ce que nous faisons subir d’inédit à notre planète, et nous ferions bien mieux de connaître ces régions et de nous inquiéter de leur état ! La sensibilité des pôles au réchauffement climatique de « seulement » un degré en moyenne sur Terre (mais jusque qu’à +4°c dans le cercle Arctique !) nous montre déjà en quoi un réchauffement de deux degrés pourrait anéantir toute idée de futur sur Terre pour notre espèce et pour beaucoup d’autres espèces animales et végétales !

Nous devons radicalement et urgemment réduire nos émissions de gaz à effet de serre ! Nous ne pouvons rien attendre du monde politique et économique pour cela, puisque sa croissance exponentielle est trop importante à préserver et nécessite d’extraire, de produire et de consommer toujours plus d’énergie, de métaux et de ressources naturelles ! C’est à nous de lutter pour que cesse cette économie de croissance destructrice en opposant un rapport de force radical avec multinationales et gouvernements et en préparant dès maintenant le monde de demain par la multiplication d’alternatives (permaculture, auto-construction, liens de solidarité, reconnexion avec la nature et ses lois physiques, etc…) !

Protégeons notre futur, préoccupons-nous de l’Antarctique, des pôles, de nos écosystèmes, de la nature et de nos semblables, battons-nous pour une humanité relié à son environnement !

Mobilisons-nous lors de la COP23 à Bonn (Allemagne) du 6 au 17 Novembre prochain pour exprimer notre envie d’en finir avec l’extraction des énergies fossiles et ces multinationales qui nous tuent à petit feu pour quelques profits de plus ! Mobilisons-nous pour les générations présentes et futures, mobilisons-nous pour nous et le reste de la nature ! Mobilisons-nous partout où il est nécessaire de s’opposer à la destruction de la nature et à l’extraction, la production et la consommation d’énergies fossiles !

Yoann du blog docuclimat

tumblr_ngjemtyjdd1tngqcjo1_1280

[MAJ du 26/01] : 

Jack du climatoblogue a publié une traduction d’un article de Robbert Scribbler sur la fonte et déstabilisation plus qu’inquiétante des barrières de glace de L’Antarctique en cet été Austral 2016-2017 (qui n’est toujours pas fini). Il s’agit d’un des articles en anglais (cf plus bas) qui m’avait amené à publier l’article : « L’Antarctique fond, menace notre avenir et nous regardons si la croissance se porte bien… » N’hésitez pas à partager la traduction ! :

http://leclimatoblogue.blogspot.fr/2017/01/chaleur-anormale-en-antarctique-fonte.html

Pour plus d’infos :

https://global-climat.com/ (je recommande vivement !)

http://leclimatoblogue.blogspot.fr/ (idem !)

Pour des infos toutes fraîches sur l’état de l’Antarctique, très peu rassurantes mais importantes à connaître :

http://www.climatecodered.org/…/antarctic-tipping-points-fo…

Abnormal Antarctic Heat, Surface Melt, Giant Cracks in Ice Shelves — More Troubling Signs of a World Tipping Toward Climate Chaos

D’autres liens pour mieux connaitre les pôles et suivre le réchauffement climatique en cours :

http://www.amaepf.fr/actualites

https://docuclimat.com/liens-utiles-pour-suivre-la-meteo-et-le-climat/

Sur la tendance du GIEC à écarter les études et modélisations scientifiques les plus pessimistes :

https://www.france-science.org/Climat-les-rapports-du-GIEC.html

N’hésitez pas à parcourir mon blog pour plus d’infos sur le Réchauffement climatique, en espérant que ces infos permettront une mobilisation importante sur ce sujet !

Si vous recherchez des documentaires sur les pôles, le réchauffement climatique, la croissance économique, les questions d’énergie, la destruction de nos écosystèmes et autres sujets aussi importants pour notre avenir sur Terre :

https://docuclimat.com/documentaires-en-streaming-par-categories/


Voir aussi ce post que j’avais publié sur la page facebook du blog le 23 Janvier à propos du record de faible extension de la banquise Antarctique :

L’extension de la banquise antarctique est à surveiller de près ! Depuis plusieurs mois, elle bat continuellement les records de faible extension. Au 23/01/2017 elle bat le précédent record d’environ 300 000km2 d’extension en moins !

L’extension minimale saisonnière a lieu vers fin-Février/début Mars, à la fin de l’été austral, or à de nombreux endroits (particulièrement dans la Mer de Ross), la banquise a une concentration très faible en glace, ce qui fait craindre un important record de plus faible extension saisonnière de la banquise antarctique !

La banquise (comme auprès des côtes du Groenland) est cruciale pour nombre de raisons : pouvoir albédo empêchant le réchauffement des eaux et de l’atmosphère des pôles (amplification polaire), rétention du vêlage des gigantesques glaciers (inlandsis) du Groenland et du continent Antarctique (de même que des plateformes glaciaires tels Larsen C dont on parle beaucoup en ce moment), pouvoir « réfrigérateur » de l’océan ce qui empêche une attaque des eaux plus chaudes des plateformes glaciaires et des glaciers (en effet l’énergie consacré à faire fondre la banquise peut alors être consacré à faire fondre la base des glaciers !), etc…

D’ailleurs en parlant de Larsen C, la banquise à cet endroit est particulièrement à surveiller puisqu’elle permet pour l’instant que la plateforme glaciaire Larsen C ne soit trop déstabilisé par les vagues et eaux plus chaudes de l’océan… or en quelques jours, la concentration en glace de la banquise a fortement baissé au niveau de la Mer de Weddel et le pic de plus faible extension ne serra atteint que dans un mois…

De plus, de fortes anomalies de température sont prévues à cet endroit là durant la semaine prochaine : http://cci-reanalyzer.org/wx/fcst/… et apparemment les modèles prévoient une anomalie de température prononcé en Antarctique durant le mois de Février…

Si il ne reste quasiment plus de banquise au mois de Février (la banquise est normalement très peu étendu en Antarctique en Février, mais le risque est de descendre sous la barre du 2 millions de km2 d’extension…) , cela fera beaucoup plus de chaleur emmagasiné dans l’océan austral (forçage radiatif global augmenté) et plus de risques de voir les bases des glaciers fragilisés par vagues et courants « chauds »…

Pour suivre l’évolution de la banquise Antarctique (relevé satellite), c’est ici :
https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-monitor.html?S

Sur l’image ci-dessous, la ligne orange correspond à l’extension moyenne de la banquise à la même date durant les années 2000.

 L’image contient peut-être : texte

8 commentaires

  1. Bonjour Yoann,
    Bien que le discours argumenté que vous développez soit quand à la fonte planétaire des glaces tout à fait pertinent et justifié, le cri d’alarme induit est pour moi coup d’épée dans l’eau.
    Lorsque vous faites supporter la responsabilité de ce désastre aux climato-septiques ou aux multinationales productivistes, vous empruntez à mon sens un raccourci simplificateur quand aux vraies raisons de cette colossale destruction. Cela n’est qu’un prétexte, une conséquence et une partie du problème.
    Nous sommes effectivement tous coupables d’agir en toute liberté à l’envers de la préservation de la planète. Quand je dis « NOUS », je pense aux quelques 7.3 milliards d’individus dont majoritairement la survie dépend de l’approvisionnement en énergie domestique. De Singapour à Jakarta en passant par Tokyo et Bombay, l’asphyxie généralisée est notoire mais ne représente qu’une infime partie de la question. La pêche dans tous les villages d’Afrique ou d’Indonésie, le transport des denrées alimentaires en barques motorisées ou en motos, au fin fond de l’Océanie ou de l’Inde, l’agriculture mondiale et l’industrie chimique associée, maïs américain ou pommes de terres indonésienne, toutes ces activités, dépendent éminemment de l’utilisation des énergies fossiles. La vraie situation désespérante est que si nous devions les supprimer c’est 80% de la population mondiale qui disparaitrait. Mais, c’est bien ce qui nous menace le plus, puisqu’avant même d’être noyés par une remonter subite du niveau des océans, l’épuisement total de ces ressources énergétique fossiles est maintenant bien établie vers 2050 (alors que nous seront 9.7 milliard d’après l’ONU), c’est-à-dire demain, sans que l’on puisse l’éviter.
    Comment peut-on arrêter nos 100 000 vols jour de l’aviation civile, mettre au garage notre milliard actuel d’automobiles et l’économie qu’elles sous-tendent, stopper d’un coup la production d’eau chaude et d’électricité, nous priver d’inernet…
    Plus personne aujourd’hui ne doute que le réchauffement global est dû à notre fait. Mais entre réchauffement de la planète et le salut de ses habitants humains, le choix est fait, la lutte pour la survie est universelle. Sauf à entrevoir raisonnablement une prochaine extinction de masse que la Terre nous réserve, comme elle à déjà sut l’organiser cinq fois, il faudra bien que nous nous adaptions à cette nouvelle donne plus qu’annoncée, puisque déjà entamée.
    Je cautionne bien volontiers votre cri d’alarme et comme vous déplore ce massacre planétaire mais plutôt que m’orienté vers un combat perdu d’avance, je préfère vraiment prêcher pour l’adaptabilité.
    Bien cordialement
    Pierre Chabat

    J'aime

    • Bonjour Pierre,

      merci pour votre retour ! Je pourrais vous répondre sur des pages entières 😉 mais je préfère vous laisser à la lecture du texte que j’ai écrit et publié ce matin :
      https://docuclimat.com/2017/01/25/aux-possibles-survivants-de-la-catastrophe-qui-vient-lettre-paysan/

      Au delà d’un certain seuil de dégradation des écosystèmes et d’ampleur du réchauffement climatique personne ne pourra s’adapter…
      Et parce que j’ai envie d’écouter mon coeur, je ne peux pas me résoudre à m’adapter tant bien que mal à un désastre tandis que la majorité de la population sur Terre n’a pas participé à ce dernier, tout du moins jusqu’il y a peu, encouragé en cela par nos politiques occidentales… Et que dire des animaux et autres vies sur Terre qui n’ont rien demandé à tout cela !
      Je comprends votre point de vue mais je pense qu’il est nécessaire de se battre si nous écoutons notre humanité, ou alors je ne sais même pas ce que nous faisons sur Terre…

      Cordialement,

      Yoann

      J'aime

  2. Bonjour Pierre Chabat , malheureusement la seule et unique solution au tous les problèmes connu depuis la présence de l’homme et tout particulièrement ces deux derniers siècles sur la terre est l’extinction de la race humaine , nous sommes bien trop nombreux actuellement et mal éduquer à l’inverse des tribus vivant en harmonie avec la nature sans courant ni pétrole ni rien de tous ce que l’on connais dans nos vies .
    Quoi que nous fassions il est déja bien trop tard et ce depuis bon nombre de décennies nous sommes voué a l’échec , et actuellement je ne vois aucune personne prêt a exterminer plus 85 pour cent de la population mondiale suivis d’une rééducation drastique pour une vie en accord avec la nature et une procréation contrôlé afin d’éviter toute nouvelle expansion humaine , malgré tout cela la planète restera médiocrement polluée et abimée , mais sans aucune activité humaine car réduite à Zéro
    Nous faisons partie intégrante de la nature , nous ne vivons que grâce a elle et la détruire revient a se détruire sois même , toute action n’étant pas en adéquation avec elle (autrement dit absolument tout de nos vies actuelles ) un pas de plus vers une mort certaine , il n’y aura aucun compromis

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s