Réchauffement Climatique : où en sommes-nous ? où allons nous ?

Voici Un excellent article publié initialement, le 19/11/2016, sur un blog complet sur le réchauffement climatique : Le climatoblogue, que je vous conseille de parcourir pour mieux cerner la portée des changements inédits de notre climat et de l’importance d’agir au plus vite pour limiter la catastrophe à venir, préserver la nature qui nous environne et notre humanité (dans tous les sens du terme) !

Au début de 2015, nous étions à 0,85°C de réchauffement global moyen. Aujourd’hui, fin 2016, nous atteignons 1,2°C de réchauffement. C’est une hausse fulgurante et imprévue. De toute évidence, le GIEC a sérieusement sous-estimé la réactivité du climat terrestre par rapport à nos émissions de GES (gaz à effet de serre), principalement le CO2 et le méthane CH4, mais aussi l’oxyde nitreux provenant de l’agriculture et les CFC (Chlorofluorocarbure) et HFC (Hydrofluorocarbure), deux gaz principalement utilisés dans la réfrigération et la climatisation.

Après 134 ans nous avions atteint 0,85°C et moins de deux ans après nous en sommes à 1,2°C. À ce rythme, on pourrait atteindre 1,5°C, une des limites fixées à la COP21 voici un an, en seulement 4 ou 5 ans. De même nous dépasserons les 2°C dans moins de 15 ans. Au point où nous en sommes, toutes les prévisions relatives aux changements climatiques sont largement dépassées ; il n’est pas exclu qu’on dépasse les 2°C d’ici une seule décennie. Tous les scientifiques et observateurs du climat restent sans voix devant la hausse si brutale du réchauffement cette année, on croyait impossible une telle hausse des températures.

     Comment expliquer une si rapide hausse des températures en moins de 2 ans?

– Les gaz à effet de serre GES
Nous savons depuis le 18e siècle grâce aux travaux de Fourrier et ceux de John Tyndall, que les GES retiennent une partie de la chaleur sur Terre au lieu qu’elle puisse être évacuée vers l’espace sous forme de rayonnement infrarouge. Les GES agissent exactement comme une couverture isolante et retiennent la chaleur sur notre planète.

Source du tableau, Wikipédia Anglais

Quand on déstabilise le système climatique d’une planète comme nous le faisons, celui-ci réagit en développant des boucles auto-amplificatrices qui accélèrent et amplifient le réchauffement ; une soixantaine de ces boucles ont été identifiées. Quand j’ai commencé ce blogue en avril 2015, il y en avait seulement une trentaine d’identifiées. Autrement dit, le réchauffement climatique dont le genre humain est à l’origine, s’emballe beaucoup plus vite qu’on ne le croyait il y a seulement 2 ans…

– L’évaporation, certainement la plus puissante boucle auto-amplificatrice
Plus il fait chaud, plus il y a d’évaporation de l’eau et la vapeur d’eau est aussi un très puissant gaz à effet de serre. Chaque degré Celsius de réchauffement ajoute 7% de contenu de vapeur d’eau dans l’atmosphère, ce qui en retour ajoute 1°C de réchauffement. Source : GIEC en Anglais (IPCC) Au total, la vapeur d »eau représente 95% des GES.
C’est l’une des nombreuses raisons pour laquelle le réchauffement est exponentiel (il s’accélère de plus en plus rapidement). Il y a à ce jour un peu plus de 4 % de vapeur d’eau qu’auparavant dans l’atmosphère et ça continue d’augmenter. Cependant, la vapeur d’eau a une très courte durée de vie de deux semaines au maximum, par contre le CO2 par exemple perdure (partiellement) dans l’atmosphère pendant des [dizaines de] millénaires.

– Fonte de la banquise
Une autre importante boucle auto-amplificatrice est la fonte des glaces marines et la diminution de l’enneigement. La glace et la neige réfléchissent la chaleur du soleil vers l’espace et donc, moins il y a de glace et de neige, plus le rayonnement solaire réchauffe l’eau de l’océan, des sols et donc l’air, ce qui fait évidemment grimper la température. L’eau de l’océan Arctique est aujourd’hui tellement chaude, qu’actuellement à la mi-novembre, la banquise ne se forme pas dans l’Arctique. L’Antarctique s’est réchauffé de 3°C depuis les années 1960 et sa superficie de glaces maritimes a drastiquement diminué cette année. La réflectivité des surfaces se nomme « Albédo ». Si la Terre perd 1 % de son albédo, cela provoque autant de réchauffement, soit environ 3°C, que de doubler le taux de CO2, dans notre atmosphère.

Source : National snow and ice data center

– Le méthane de l’Arctique
La fonte du pergélisol au bord de l’océan Arctique s’accélère et ainsi permet l’éruption du CO2 et du méthane, ce qui amplifie et accélère le réchauffement. Le pergélisol se prolonge sur le fond de l’océan Arctique, là où se trouve d’immenses quantités d’hydrate de méthane (molécules de méthane prises dans des cages de glaces). Ces hydrates de méthane gagnent 160 fois leur volume lorsque la cage de glace fond [et libère le méthane sous forme gazeuse].

Sources de méthane dans le cercle arctique :
Pergélisol terrestre : 1700 Gt gigatonnes
Pergélisol sous-marin sur le Plateau oriental Sibérien : 1750 Gt gigatonnes dont 50 Gt gigatonnes sont dans un état précaire qui pourraient se retrouver dans l’atmosphère presque d’un seul coup si le fond marin se déstabilisait « un peu ». Évidemment, ce serait le chaos en commençant par l’écroulement de l’agriculture = famine largement répandue et tout ce qui s’en suit.
Source, ces 6 vidéos réalisés par leclimatologue Paul Beckwith de l’université d’Ottawa.
Il y a actuellement environ 5 gigatonnes de méthane dans notre atmosphère. Un relâchement de seulement 15 Gt gigatonnes de méthane sur une période de dix ans réchaufferait la planète plus que tout le CO2 qu’il y a en ce moment. Ce serait un cataclysme que la plupart d’entre nous ne peuvent imaginer.
Les concentrations de méthane dans l’atmosphère de l’Arctique sont à la hausse depuis au moins l’an 2007…

– Végétation
La végétation terrestre absorbe de moins en moins de CO2 depuis 2006. Voir : « La Terre a Dépasséle Max d’Absorption Carbone – Sans que Personne ne le Remarque. »
À elle seule, cette réduction d’absorption de CO2 par les végétaux terrestres équivaut, pour le moment, aux émissions de CO2 de la Chine ; ce phénomène va évidemment aller en s’amplifiant lui-aussi. C’est pour cette raison que le taux de CO2 grimpe maintenant plus rapidement que nos émissions qui ont presque plafonné depuis 2014.
Il faut rappeler que la déforestation, souvent par le feu, se fait encore à grande échelle ; apparemment, il faut planter des palmiers à huile à la grandeur de la planète pour faire encore plus de malbouffe et de bio-carburants qui accroissent les émissions de CO2 plutôt que de les faire descendre comme le marketing vantant les bio-carburants essaie de nous le faire croire… Source : Biofuels increase, rather than decrease,heat-trapping carbon dioxide emissions

– Amplification polaire
La température en Arctique grimpe en moyenne de 2°C par décennie. Le phénomène de l’amplification polaire (pourquoi les pôles se réchauffent plus rapidement que le reste de la planète) est assez bien connu. L’eau chaude venant des régions équatoriales est transportée vers les pôles via les courants marins, notamment par le « Grand convoyeur » (circulation thermohaline). C’est principalement l’eau chaude qui fait fondre les plates-formes qui retiennent les inlandsis (immenses glaciers) par en dessous.
Autre cause, l’air chaud prend plus de volume que l’air froid, ainsi la couche basse de l’atmosphère, la troposphère, est donc plus épaisse à l’équateur qu’aux pôles et l’air chaud peut ainsi « couler » vers les pôles, ce qui cause l’affaiblissement des courants Jet et augmente leurs ondulations Nord-Sud, ce qui en retour dérègle les saisons et déplace les zones pluvieuses. La sécheresse en Californie est en grande partie attribuable au dérèglement du courant jet de l’hémisphère Nord.
Qui dit réchauffement des pôles dit fonte du Groenland et de l’Antarctique et donc une augmentation de plus en plus rapide du niveau des océans est inévitable.

Peu importe ce que nous ferons, la fonte du Groenland et celle d’une grande portion de l’Antarctique sont inévitables. Il est à noter que cette hausse aura certainement des soubresauts lorsque de grandes quantités de glaces glisseront d’un seul coup dans l’océan, surtout en Antarctique.
Je viens de lire cet article en Anglais qui décrit des vents nouvellement découverts en Antarctique ; ces vents descendent les montagnes en érodant rapidement la couche de neige et laisse derrière de nombreux petits lacs qui accroissent le taux de fonte.
Un autre effet, attendu celui-là, est que l’eau de fonte du Groenland se répand au sud de celui-ci. Cette masse d’eau douce qui flotte à la surface de l’Atlantique nord bloque partiellement, pour le moment, la circulation thermohaline dont le courant du Gulf Stream fait partie. Ce qui a des conséquences sur le climat et est dévastateur pour la vie marine.

– L’Arctique aujourd’hui
Ces jours-ci, la température en Arctique est très anormalement élevée. Sur l’image ci-dessous, on voit que, par rapport à la moyenne des températures de l’an 1979 à 2000, la température est jusqu’à 20°C plus élevée sur une assez grande superficie. Si on considère tout le cercle arctique, la température moyenne y est supérieure de 6,42°C. Bref, ce sont des températures quasi estivales qu’on y observe.

Image : Climate reanalyser temp anomaly 17 nov 2016
La fonte de la banquise glaces se poursuit, même à cette date. Normalement, la surface de la banquise atteindrait presque son niveau maximum en ce moment, mais elle régresse comme le montre le graphique ci-dessous.
Source : Arctic-news
– Océans
Les océans absorbent 93,4% de la chaleur. Si toute cette chaleur se retrouvait dans l’atmosphère, la température moyenne globale serait de 35°C plus élevée. Toute cette chaleur réduit grandement la teneur en oxygène (sous forme de gaz dissout) dans les océans, ce qui en retour engendre des zones mortes et souvent toxiques ; on sait qu’il y a à ce jour environ 500 de ces zones. À la COP22, on parle pour la première fois de ce très grave phénomène qu’est la désoxygénation des océans.
L’excès de chaleur et les eaux de ruissellement agricole favorisent les éclosions d’algues toxiques qui déciment aussi des créatures marines de toutes sortes. C’est pour ces raisons qu’on retrouve chaque semaine des centaines ou des milliers de créatures marines mortes, incluant des oiseaux bien sûr ; et c’est sans oublier les innombrables victimes du plastique, des sonars et du bruit qui désoriente nombre de mammifères marins.
Les événements El Nino, les cyclones et tempêtes tropicales transfèrent une importante quantité de chaleur accumulée dans les océans vers l’atmosphère, mais la température des océans continue de croître rapidement.– Les glaciers
À La Paz en Bolivie, il y a pénurie d’eau car les glaciers environnants ont perdu 40 % de leur masse au cours des 3 dernières décennies ; la ville est pour ainsi dire à sec ; les trois barrages de rétention sont presque totalement vides car l’eau ne coule presque plus depuis les glaciers environnants. Le même phénomène se produit, ou se produira bientôt, presque partout où il y a des glaciers comme dans les Alpes et l’Himalaya [au Tibet]. Pour être au courant de la situation climatique, ce sont les études scientifiques qu’il faut suivre et les plus sérieux chroniqueurs climatiques très majoritairement anglophones.
Source :Receding glaciers in Bolivia leave communities at risk.
En ce qui concerne les Alpes, les géologues ont remarqué que les sommets gagnaient en hauteur. L’explication est simple ; à mesure que les glaciers fondent, ça équivaut à une perte de poids et la croûte terrestre, soulagée de ce poids, remonte, phénomène qu’on nomme « rebond isostatique ».

Le même phénomène se produit, lentement, partout où il y a une fonte de glace suffisamment importante. Ce phénomène va certainement engendrer quelques tremblements de terre et, si on considère les grandes masses terrestres que sont l’Antarctique et le Groenland, leurs rebonds isostatiques va aussi contribuer à faire grimper le niveau des océans.

– La Niña
Nous sommes actuellement en phase La Niña qui est l’inverse du El Niño. Au lieu que ce soit de l’eau chaude qui s’étale sur l’équateur dans le Pacifique, c’est de l’eau plus froide que la normale. Néanmoins, La Niña fait réchauffer les pôles davantage, comme si ceux-ci n’étaient pas déjà assez chaud… Contrairement au super El Niño qui s’est terminé ce printemps, c’est une assez timide La Niña qui s’est installée.

La Nina, c’est la bande d’eau plus froide que la normale et qui s’étend sur l »équateur à l’ouest du Pérou, exactement au même endroit où se produit El Nino. Source : Earth nullschool
– 400 ppm de CO2
Le cap des 400 ppm de CO2 a été dépassé en 2016 et continue d’augmenter, tout comme nos autres émissions de GES.
[Je rappelle qu’e] En ce qui concerne le CO2, cela prend une dizaine d’années avant que le CO2 relâché dans l’atmosphère n’atteigne son plein potentiel de réchauffement. Pour ce qui est du méthane, principalement émis par le bétail [nos animaux d’élevage] et les zones polaires, son potentiel de réchauffement est de 150 fois celui du CO2 pendant ses dix premières années dans l’atmosphère, mais il décroît avec le temps. Son action chauffante est instantanée.

Le taux de CO2 dans notre atmosphère monte plus rapidement que nos émissions car le forêts commencent à dépérir et mourir.

-Même les nuages s’en mêlent
Les scientifiques modélisent (font des simulations) afin de prévoir l’évolution du réchauffement climatique. Mais ils réalisent ces simulations avec ce qui est connu. Nous avons beaucoup appris au sujet des nuages grâce à de très récentes recherches. Or, il s’avère que les nuages participent activement au réchauffement climatique comme nous l’avons vu dans cet article : « Les Nouveaux Nuages du Réchauffement Climatique… Accéléré »
En résumé :
– moins de glace dans les nuages augmente le rythme du réchauffement
– la vapeur d’eau qui remplace la glace en moins augmente le rythme du réchauffement
– la circulation des nuages s’est déplacée vers les pôles augmentant encore le rythme du réchauffement
Au total, la combinaison de ces nouveaux facteurs augmente à eux seul le rythme de réchauffement d’au moins 25 %.

– Acidification
Le CO2 et beaucoup de polluants atmosphériques sont entraînés par la pluie et rendent les océans, les cours d’eau et les sols plus acide. Aussi, nos méthodes industrialisées de culture acidifient les sols, ce qui rend, ou rendra sous peu, l’agriculture moins productive. En 1980 en Chine, ils ont mesuré le PH des sols de plusieurs types de culture. Vingt ans plus tard, ils sont retournés aux mêmes endroits pour mesurer à nouveau le PH ; celui-ci était passé de 6 à 5,2.
L’acidification est aussi un grave problème pour la vie océanique, en plus de désorienter certaines espèces de poissons, cela rend difficile la formation de la carapace pour le phytoplancton, idem pour tous les crustacés : moules huîtres, crevettes, krill et les coraux en souffrent aussi… Les océans sont 30 % plus acides qu’au début du 20e siècle. Bref, les océans se meurent, voir cet article antérieur :Nos Océans se Meurent, Voyons Pourquoi et Comment

– Réchauffement comparé de l’hémisphère Nord
Comme on le voit sur ce tableau, comparé au réchauffement global moyen, l’hémisphère Nord se réchauffe plus rapidement et le réchauffement sur les continents est plus élevée que la moyenne globale.

Source NOAA : https://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/201513 N.B. J’ai fait un simple calcul proportionnel pour établir le réchauffement de l’hémisphère Nord car les données officielles ne sont pas encore compilées, 2016 n’étant pas encore terminée.

– Les 18 années les plus chaude depuis 1880 se sont produites depuis 1998

Source : https://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/201513

Niveau des océans
Vu que le taux la fonte du Groenland et de l’Antarctique augmente de façon exponentielle (il double aux 5 ans environ), cela fait grimper le niveau des océans de plus en plus rapidement. Le rythme actuel de la hausse actuelle du niveau des océans est de 3,4mm par an ces deniers temps, Avec l’ouragan Matthew, on a vu les dégâts supplémentaires causés par les marées de tempêtes conjuguées avec la hausse du niveau des océans.
Autre facteur qui rehausse le niveau des océans, c’est que l’eau plus chaude occupe plus de volume. Donc, environ 50 % des 84,8mm de hausse du niveau des océans à ce jour sont attribuables à l’expansion due à la chaleur.

La région du glacier Pine Island fond très rapidement. Le rouge montre la vitesse (vélocité de surface) à laquelle la glace se déplace vers l’océan Austral. Les plates-formes de glace longeant le continent et qui retiennent toute cette glace fondent rapidement ce qui permet aux inlandsis d’accélérer leur descente.
-Pourquoi le niveau des océans montera-t-il beaucoup plus que ce que le GIEC avait prévu ?Les prévisions du GIEC à ce sujet disent que le niveau des océans sera plus élevé d’un seul mètre en 2100. L’explication est simple, le GIEC n’a tenu compte que de l’expansion des eaux dû au réchauffement car ils ne savaient pas comment modéliser la fonte des glaces. C’est encore impossible car la fonte des glaces est un processus immensément complexe ; la glace s’assombrit ce qui la fait fondre plus rapidement car ce qui est sombre absorbe plus d’énergie, elle se fissure, forme des lacs de fonte qui s’écoulent directement au travers la glace et lubrifie ainsi les glaciers qui glissent ainsi plus rapidement vers la mer, les glaciers se répandent en plates-formes le long des côtes, et là, c’est l’eau océanique surchauffée qui les fait fondre par le dessous. La résolution des modèles est aussi trop faible pour prendre en compte tous ces détails qui font que la glace fond plus rapidement.
Voici une conférence dans laquelle un glaciologiste explique (en Anglais) tout ce dont les modèles ne tiennent pas encore compte en matière de fonte de l’Antarctique et du Groenland
La fonte des glaces de l’Antarctique et du Groenland est désormais inéluctable, il est trop tard pour faire marche arrière et on doit maintenant prévoir au minimum 5 à 10 mètres de hausse du niveau des océans d’ici 2100, et beaucoup plus par la suite.
-Le courant Jet
Comme un ivrogne, le courant Jet poursuit ses méandres qui dérèglent saisons et météo dans l’hémisphère Nord. Nous savons que la sécheresse en Californie est causée par ces méandres qui restent souvent bloqué en place provoquant aussi des hivers froid sur l’est de l’Amérique. Le courant Jet se disloque et fait des cabrioles étrangement chaotiques comme on le voit sur cette image.
Source : Earth nullschool
– Feux de Forêts
Le feu de Fort McMurray s’est produit au début du mois de mai ; normalement dans cette région le sol est encore recouvert de neige à cette date et prévient les incendies de forêts.
16 novembre 2016 : des feux de forêts totalement hors saison font rage du Sud des États-Unis jusqu’au Dakota du nord et en Nouvelle Angleterre (nord-est des États-Unis). À Chattanooga au Tennessee, au moins 200 personnes ont été hospitalisés pour inhalation de fumée et troubles respiratoires. Les températures y sont bien sûr anormalement chaudes.
Source : “Surreal” U.S. Wildfires Should Not beBurning in Mid-November. Oui, c’est tout à fait surréaliste des incendies de forêts à la mi-novembre…
On se souvient que la Sibérie a aussi connu de terribles incendies de forêts cet été, idem dans les montagnes de l’Himalaya [du Tibet], dans le sud-ouest Américain et ailleurs.
Mie-novembre 2016 : des feux de forêts totalement hors-saison dans les Appalaches et ailleurs aux États-Unis. Source : le chroniqueur climatique Robert Scribbler
– Parlons encore du GIEC
Dans tous les scénarios du GIEC dénommés RCP, il est fait mention « d’émissions négatives ». Ce sont des technologies non encore développées et dont nous ne savons même pas si celles-ci sont possibles. Ils ont aussi un plan nommé BECCS pour : « Bio-energy with carbon capture and storage » (Bio-énergie avec capture et stockage du carbone).
Ce plan, impraticable, consisterait à faire pousser des arbres, les récolter pour les acheminer (imaginez un peu tout ce transport) vers des centrales de génération d’énergie, capturer au maximum 85% du CO2 à la sortie des cheminées, pressuriser le CO2 à le rendre au seuil de la liquéfaction pour ensuite l’enfouir profondément dans le sol. Mais pour retirer suffisamment de CO2, il faudrait cultiver ces arbres sur une superficie équivalente au double de celle de l’Inde dont la superficie est de 3 287 263 km² ; c’est le 7e plus grand pays au monde.
Aussi, enfouir tout ce CO2 hautement pressurisé dans le sol peut certainement provoquer des déstabilisations et engendrer d’innombrables tremblements de terre comme ce qu’on observe avec le « fracking », qui consiste à injecter sous haute pression de l’eau mélangée à des produits chimiques profondément dans le sol pour en faire jaillir pétrole et/ou gaz naturel. Aussi, le risque de fuite n’est vraiment pas exclu.
Voici les scénarios RCP du GIEC. Nous sommes actuellement sur les RCP 8.5 qui nous approche de 6°C pour 2100 (possiblement beaucoup plus). Pour passer à n’importe lequel des autres scénarios, les technologies et stratégies  proposées par le GIEC sont essentielles et doivent à tout prix être fonctionnelles. Un risque totalement inacceptable pris sur le dos de la jeunesse.
Voir aussi : « Nous Léguons AuxEnfants un Très Lourd Fardeau. »
Une autre façon consiste à retirer le CO2 directement de l’atmosphère, et encore là, le pressuriser et l’injecter dans le sol. Mais extraire du CO2 directement de l’atmosphère est une technologie encore très incertaine et ça nécessiterait des dizaines de milliers de ces « stations » à travers le monde ; c’est encore du domaine de la fiction. Évidemment, tout cela va coûter extrêmement cher et ce sont les générations futures, s’il y en a encore, qui vont payer et souffrir gravement des changements climatiques.
Si ces plans, et d’autres qui seront très coûteux pour les générations futures ont été mis en place, c’est tout simplement pour permettre de continuer à brûler des combustibles fossiles au lieu d’entreprendre le plus tôt possible la transition vers les énergies renouvelables, ou avec moins d’émissions de CO2 comme le nucléaire.
Si vous comprenez l’Anglais, je vous recommande les conférences de Kevin Anderson au sujet du climat et faciles à trouver sur You Tube, ou encore sa plus récente entrevue sur Radio Ecoshock.
Il faut réduire nos émissions de CO2 depuis plus de 25 ans, nous sommes dangereusement en retard.
Note pour mes lecteurs
J’ai ralenti le rythme de publication de mes articles car j’ai presque tout dit. Si je trouve des nouvelles ou que d’autres études scientifiques importantes paraissent, je rédigerai un nouvel article pour vous tenir informé. Il y a 70 articles sur ce blogue et la grande majorité sont encore d’actualité, Merci de les partager ou de les repartager.
Merci à ceux qui collaborent à ce blogue, j’apprécie grandement votre soutient.
_____________________
En parlant du réchauffement climatique, le célèbre journaliste Américain Chris Hedges a dit : Si on laisse faire nos dirigeants, ils vont tous nous tuer.

Source de l’article original republié entièrement avec accord de l’auteur : 

N.B de Yoann de docuclimat:
je ne partage juste pas le point de vue sur la transition énergétique, notamment sur le nucléaire, qui est pour moi aussi dangereux que le réchauffement climatique.
Au passage encore bravo à toi Jack pour ton travail de vulgarisation sur le RC !
Voir aussi les dernière actualités et études scientifiques qui sont plus qu’inquiétantes et qui devraient nous pousser à réagir au plus vite :

2 commentaires

  1. Merci pour le partage Yohann, c’est très apprécié.. Je n’avais pas pris conscience que mon article était si long 🙂
    La Nina est très faible et ne jouera pas un rôle significatif. La NOAA disait que cela amplifierait la sécheresse dans le sud des États Unis. Pourtant, la Californie vient de recevoir beaucoup de pluie et de neige.
    Cependant, je n’ai pas les infos sur ce qui se passe ailleurs dans le sud Américain.
    Voici le lien des prévisions de La Nina par la NOAA : https://www.adventure-journal.com/2016/11/noaa-weighs-la-nina-heres-expect/

    Jack

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s